Editorial

Et si on gardait espoir …

Les événements vécus au fil des jours… maladie, chômage, catastrophes naturelles, terrorisme, guerres… nous interpellent et nous découragent en même temps.

Et pourtant, loin de les accueillir comme une fatalité, notre foi nous invite à espérer.

Dès lors, espérer signifie pour nous, chrétiens, mettre notre confiance en ce Dieu aimant dont Jésus nous a révélé le visage.

C’est grâce à ce Dieu présent à nos côtés… « Je suis avec vous tous les jours »… que nous sommes appelés à puiser nos forces afin de vivre activement notre vie en accueillant les événements chaque jour de façon plus positive.

Il s’agit pour nous d’essayer opiniâtrement de bien faire ce qu’on a à faire, de façon honnête, en exploitant au mieux les dons dont on dispose, sans pour autant renoncer, dans la mesure du possible, aux agréments de la vie : on n’en a qu’une, mieux vaut en profiter !

Les événements et difficultés feront toujours partie de notre vie, tout en sachant qu’ici-bas, si rien ne dépend de nous, cela ne nous dispense pas de multiplier les efforts pour trouver avec dignité les meilleures solutions possibles, les plus honnêtes.

Ce n’est qu’à ce prix et en gardant ferme notre foi que nous pourrons parvenir, si ce n’est aujourd’hui, demain peut-être… à un monde plus beau.

Avec le temps de l’Avent qui approche, temps de l’Espérance, préparons nos cœurs, afin d’espérer contre toute espérance à l’avènement de l’Emmanuel dans notre vie !

Père Christian MILANDOU